Pierre Laliberté - Artiste peintre Pierre Laliberté - Accueilpp Pierre Laliberté - Mes oeuvrespp Pierre Lalibeté - Mes ateliersPierre Lalibertép Pierre Lalibeté - Mes expositionsPierre Lalibertép Pierre laliberté - ContactPierre LalibertéPierre Laliberté
Pierre Laliberté - Mes oeuvres Pierre Laliberté - Mes ateliers - Menu Pierre Laliberté - Mes expositions - Menu
1974 - 1980
1980 - 2005
Après 2005

AUTOMNE 2005

Au mois de septembre se réalise le projet qui me tenait à cœur depuis quelques temps soit la construction d’un atelier de peinture/menuiserie.

Sans tout bousculer dans l’organisation de ma vie familiale, je recommence à peindre de façon périodique sur de courts laps de temps. J’ai beaucoup de travail à faire avant de reprendre une production satisfaisante. La peinture est une activité empirique basée sur les expériences et les réalisations. Je n’ai pas l’intention de reprendre là où j’ai laissé, je ne repars pas à zéro non plus, on ne peut pas faire abstraction du passé. Alors on fait quoi? Le plus simple est de se lancer sans trop savoir où aller, improviser, je choisirai une direction parmi les choix que mes expériences me montreront. Finalement, j’ai toujours procédé ainsi.

Je me remets à travailler sur toile ou sur bois en utilisant les différents produits qu’offrent les marques commerciales telles Sico, Para,teintures, vernis teintés conçus pour la rénovation ou la décoration. Je ‘’fouille’’ dans les quincailleries à la recherche de matières ou de matériaux intéressants et très peu chez les marchands de produits artistiques.

Pour mes premiers tableaux, je reprends le thème de l’histoire de l’art, intégrant les icônes d’artistes qui ont marqués pour moi les débuts de l’art moderne : Matisse, Malévitch et Miro.

Par la suite mes tableaux sont devenus, je pense, plus chaleureux et dégagent une certaine sérénité procurant ainsi un doux réconfort malgré l’absence de personnages ou de paysages anecdotiques. La figuration est présente sous forme de paysage imaginaire où se développent de grands espaces occupés par des bâtiments indéfinissables. La ligne d’horizon et la perspective des bâtiments donnent la profondeur nécessaire pour créer le paysage. Une ligne horizontale suggère fortement la notion de ciel et de sol tandis que la verticale donne la profondeur de champ.

Si mes sujets ne sont pas anecdotiques par contre l’ambiance qui s’en dégage, réfère beaucoup à mes angoisses existentielles c’est-à-dire à l’incompréhension, à l’absence de certitude dans les réponses sur la question de l’existence (l’être et le néant). De ce fait, certains de mes tableaux n’ont pas de titre, mais un nom descriptif pour mieux les désigner. D’autres n’ont qu’un numéro de production (2010 #15).

Peindre est un acte personnel volontaire et délibéré, libre de toute contrainte physique ou morale, où l’artiste assume l’entière responsabilité de cet acte. Indépendamment des Écoles, des mouvements artistiques, des courants de pensées et même face à l’histoire, il incombe à l’artiste de se maintenir hors de portée des influences contraires à sa volonté ou à son éthique.

Ars longa, vita brevis

 
Design graphique - Graphisme Graphiste Branding Lévis - Niveau 5 - création et gestion - image corporative et publicitaire